Tuesday, February 28, 2006

Au sujet de "Partir", de Tahar ben Jelloun

Dans Asharq al-Awsat d'aujourd'hui, une critique assez interessante du dernier roman de Tahar ben Jelloun, Partir, qui vient apparemment de paraitre chez Gallimard, et qui traite de l'immigration clandestine du Maroc vers l'Europe. Je ne vais pas commenter la critique, mais je vous laisse decouvrir par vous meme cette perspective sur l'auteur marocain a laquelle vous pourriez ne pas etre tres habitue...

12 comments:

slix said...

Salam karim et Jallal,

J'ai lu la critique (merci pour le lien)...c'est vrai c'est une image dont on est pas habitué...je le voyais toujours comme cet écrivain qui a réussit et atteint le sommet...j'ai lu certains de ses écrits..et j'en était fasciné....

Pour son dernier roman Partir...lire la critique sans le roman en lui même me parrait une démarche incomplète..partielle et peut être partiale...

Je trouve ce qui a été dit dans la critique assez intéressant mais il faut lire le roman et bien connaitre l'auteur pour se constituer une idée plus claire...sur son oeuvre...

Ceci dit, je me méfies des chouchoux de l'occident mais aussi des jaloux...

BV said...

Je pense que c'est une mauvaise critique. Le journaliste a des elements de vrais,mais son article ressemble a un reglement de comptes,a une attaque organisee ou simplement "tahakkoum". D'ailleurs,il ne parle que peu du livre en soi.

Karim said...

Slix,

Merci pour ton commentaire. Quelques remarques, rapidement:

-- Tahar ben Jelloun n'a pas atteint "le sommet". C'est vrai qu'un prix Goncourt est, pour beaucoup de gens, une distinction assez enviable, mais c'est juste un "maximum local" ;-) "Le sommet", en litterature, c'est le prix Nobel, et rien d'autre.

-- Je ne vois pas pourquoi tu dis que "lire la critique sans le roman en lui même me parrait une démarche incomplète..partielle et peut être partiale." Tu vois, notre temps libre est tres limite. Par consequent, il faut bien trouver le moyen de faire le tri et choisir entre les milliers de livres en vente dans les librairies ceux qui correspondent le plus a nos gouts et interets. Les critiques de livres, quand elles sont bien faites, sont un bon point de depart pour justement determiner quels livres pourraient nous interesser et lesquels on voudrait acheter. C'est d'ailleurs un peu pour cela que les critiques de livres sont ecrites.

-- "Je trouve ce qui a été dit dans la critique assez intéressant mais il faut lire le roman et bien connaitre l'auteur pour se constituer une idée plus claire...sur son oeuvre..."

Oui, idealement, si on a un temps infini, c'est ce qu'il faut faire. Mais, quand notre temps est limite, il faut bien faire le tri comme j'ai explique plus haut. Moi, pour choisir, je me sert parfois de la New York Review of books, mais surtout je fais confiance a l'avis des lecteurs sur des sites comme amazon.com ou barnesandnoble.com. Quand une majorite de lecteurs donne une impression favorable d'un livre donne, alors il y a de fortes chances que le livre soit effectivement interessant. Sinon, eh bien, on sait au moins a quoi on peut s'attendre ;-)



BV,

Merci a toi aussi d'etre passee apres une longue absence. Je suis un peu d'accord avec toi que la critique n'est pas tres bien faite, car effectivement elle n'est pas equilibree. Ceci dit, il fallait bien que quelqu'un parle du cote un peu "folklorique" de certains textes de Benjelloun, qui n'ont rien a voir avec la realite marocaine. Et, entre nous, vu l'adulation surdimensionnee qui est accordee au personnage, que ce soit au Maroc ou en France, j'etais bien content que quelqu'un ait ose presenter une version non-conformiste (dans un journal serieux) et ait presente sans complaisance quelques unes des faiblesses les plus notoires de l'ecrivain marocain.

slix said...

Salam Karim,

Pour le sommet...oui local :) je te l'accorde.

tout à fait d'accord que la critique sert justement à aider le lecteur à choisir un livre quoique je crois qu'elle reste (la critique) subjective et dépends de son auteur...Je peux te trouver d'autres commentaires qui sont favorables et qui jettent des fleurs de tt bord à ce roman...

Donc à mon avis il faut lire les critiques des personnes fiables, connues par leur neutralité et leur objectivité...pour avoir un avant goût...mais le jugement dernier ne peut être émis que lorsque l'oeuvre est lue.

Ca m'est arrivée dans le passé de faire des choix selon les critiques de tel ou tel film...et en le regardant j'ai eu un avis complètement différent de la majorité des commentaires...

pour résumer les goûts et les couleurs ça se discutent pas quoique le mauvais goût existe aussi :)...l'avis des autres ca peut aider mais ce n'est jamais difinitif...

ce que j'ai aimé c de voir quelqu'un parler, à tort ou à raison, sous un autre angle de Taher Benjelloun...différent de ce que j'ai eu l'habitude de voir ou de lire...

Une sorte de distance que l'on doit prendre de temps à autre pour mieux apprécier les choses...

ayoub said...

Je rejoins Karim, en effet, malgré le style superbe de Tahar Ben Jelloun, je le trouve personnellement assez lassant, un peu les mêmes images qui se repetent.

Cela conforte une certaine image du maroc..
Je pense que de part sa place dans la Literrature maghrébine, il pourrait faire un effort plus que commerciale

Cela fait quelques temps, que je le lis avec beaucoup de recul, voire amusement :) ...

Sinon, je viens de commencer son livre Partir... à vrai dire.. Bof, pas attirant (je suis exigeant :) ) .. et concernant l'emigration, comme l'ecrivain l'a cité, je n'ai pas lu un livre aussi VRAI que Cannibales de Mahi Bine Bine..

Je me demande d'ailleurs pourquoi cet autetur n'a pas d'écho, comme tant d'autres au Maroc.

A vrai dire, qui lit au Maroc ?

Mes salutations,

Ayoub

Jawad said...

Karim & Jallal:

Ceci est pour vous detendre. Ca m'a vrmnt fait rigoler.

CLICK HERE

Reda said...

salut
J'ai arrêté de lire la critique lorsqu'il a été fait mention des caricatures. Je suis devenu allergique peut-être, ou plutôt ça ne me tentait pas de lire encore une fois un texte qui stigmatise les arabes qui donnent pas une 'bonne' image de leur pays.

Concernant Tahar Ben Jelloun, je n'ai jamais été un fan mais sa littérature cadre bien avec les attentes d'un certain lectorat 'occidental'.

Content d'être tombé sur votre blog.

Karim said...

Salam tout le monde.

Slix,

Je suis tout a fait d'accord avec toi qu'il ne faut pas prendre ce que disent les critiques pour argent comptant. Certains d'entre eux ne font que de la propagande, et comme tu as dit, il est important de pouvoir discerner si un critique est neutre ou s'il est biaise.

Ayoub,

Je ne connaissais pas cet auteur, Bine Bine, dont tu as parle (j'ai fait une recherche sur amazon.fr et je n'ai pas reussi a trouver son livre). Merci d'avoir recommande Cannibales. Je ne manquerai pas d'y jeter un cop d'oeil si jamais j'en ai l'occasion, car j'ai bien envie de decouvrir l'univers de ces immigres clandestins sur la rive sud de la miditerannee...

Jawad,

Le clip etait bien drole. Merci beaucoup: on avait justement besoin d'un peu de detente...

Reda,

Bienvenue sur ce blog. Pour ce qui est de Ben Jelloun, tu l'as tres bien dit: sa litterature cadre bien avec ce que les occidentaux veulent entendre sur le Maroc, et cela a mon avis explique largement son succes en France.

Jallal said...

Merci Jawad. Bien drole ce gars!

Reda, welcome!

ayoub said...

Karim,

Je crois avoir le livre avec moi, je n'hésiterai pas à te l'envoyer si tu le veux.

BineBine est aussi un peintre. C'est le seul peintre arabe présent dans le musée guggenheim d'art moderne à new york.

Ses autres livres sont excellents, notemment le dernier, Terre d'ombre brûlée (sur amazon dispo je crois) et Pollens.

Il y a une interview de lui sur médi1 : à écouter ici

Ayoub

Anonymous said...

Bonjour,
je viens de lire qu'il y a un commentaire sur le roman Partir de Tahar Ben Jelloun, lorsque je ciritique sur le lien ( mot "critique") je ne trouve que la une du journal, en arabe ... s'il vous plaît aidez-moi, car mon mémoire de mastère porte sur ce roman !
Grand merci

Anonymous said...

clique**